une autonomie et un respect pour les personnes en situation de handicap

Un mode de fonctionnement nature et tout naturel

Parce que chez Happy Hand, on est persuadé que seul on va probablement plus vite mais qu’ensemble on va plus loin…
Parce que sa Vision de Bâtir un handicap citoyen ne peut que demeurer à l’état de rêve si on est isolé mais devient une réalité si on agit collectivement… l’idée de « gouvernance participative » glisse naturellement dans le sillage…

Comment se caractérise la notion de gouvernance participative chez Happy Hand ?

C’est le « Faire ensemble » pour un mieux « Vivre ensemble »
Les personnes en situation de handicap, particulièrement celles qui ont une déficience mentale, ont peu ou pas l’occasion de s’exprimer et de décider. Happy Hand n’a d’autre ambition que de mettre en application la loi relative au plan personnalisé de compensation du handicap qui « vise à garantir la plus grande autonomie possible de la personne en situation de handicap » lequel « respecte son projet de vie », et « répond à ses besoins et à ses aspirations ».
Il convient de rappeler l’un des objets statutaires de Happy Hand qui consiste à « mettre en œuvre tous les moyens nécessaires à l’épanouissement, à l’éducation, à l’intégration sociale et au développement général des personnes avec handicap par la promotion, la gestion, voire la création des structures nécessaires, notamment dans le milieu rural » et de « développer la médiation et la relation d’aide par l’animal et favoriser l’accès des personnes en situation de handicap, sensibles à cette approche, dans les structures précitées ».
Happy Hand choisit de donner la parole, même sans parole, aux « handi-ferrands », en utilisant tous les moyens d’expression possibles dans l’exercice d’une autorité partagée qui vise au respect de l’individualité et à l’autonomie de chacun.
Cette co-responsabilisation des acteurs ne signifie pas décider de tout, tous ensemble, mais exige de s’auto-organiser. L’objectif est d’instaurer une relation d’équivalence dans des champs d’autorité clairs. Le collectif attribue des rôles précis à chacun en fonction des besoins de l’organisation, et chacun dans son rôle et son périmètre d’autorité peut exercer sa propre souveraineté et décider.
La gouvernance participative mise sur la complémentarité des parties prenantes et vise l’équilibre entre leurs multiples intérêts particuliers, dans le but d’atteindre la solution optimale relevant du bien commun (Borrini-Feyerabend, 1997).
C’est donc en mettant la lumière sur une organisation basée sur l’intelligence collective que naîtra le succès de l’opération.


Et comment va-t-elle se décliner ?

Etre à l'ecoute des de toutes personnes en situation de handicapL’application de ce mode de fonctionnement passe nécessairement par l’information et la transparence mais aussi par la mise en place d’outils et d’actions très pragmatiques, tels que :

  • des outils d’évaluation et d’analyse accessibles à tous,
  • des discussions collectives, des réunions régulières en commissions et sous-commissions ;

Et autres idées telles que :

  • la mise en place d’un parrainage des nouveaux arrivants visant à favoriser une meilleure intégration, à valoriser les plus anciens et à capitaliser les compétences et savoirs,
  • outre l’équithérapie, des exercices et diverses expressions corporelles (théâtre, musique, danses…), doivent accompagner ces changements à l’intérieur du corps afin qu’ils soient vécus concrètement et positivement. En effet, intégrer des concepts intellectuels nécessitent aussi de passer par des pratiques visant à agir sur notre système sensoriel, notre corps, notre cœur…


Vous appréciez cette page faites le savoir !
Facebookgoogle_plusmail

Contactez-nous !

N'hésitez pas à nous contacter! Nous nous ferons un réel plaisir de répondre à vos questions et besoins dans les plus brefs délais.